A PROPOS

Un lundi soir tout à fait ordinaire d'une semaine ordinaire, je m'approche du centre paroissial la Grange. Tout est calme, reposé... En écoutant plus attentivement, j'entends tout de même de la musique dans le lointain. Je m'approche, monte d'un étage et me glisse dans un petit coin pour observer ce qui se passe.

 

Une bonne vingtaine de choristes, attentifs et disciplinés, prennent visiblement du plaisir à peaufiner les passages les plus ardus de divers chants.

 

Le choeur de la paroisse réformée, presque centenaire malgré quelques interruptions, rassemble des choristes de toute la Broye, qui viennent pour se ressourcer et partager de bons moments de convivialité. "Cela m'arrive souvent d'en repartir moins fatiguée qu'au début" m'affirme même une alto.

 

"Si cela fait du bien de chanter ensemble, c'est encore mieux avec des chants dont les paroles nous nourrissent spirituellement" reprend une basse. La qualité des échanges, la confiance, l'harmonie et l'humour sont les valeurs vécues par la pratique du chant lors de chaque répétition. "C est notre cohésion qui donnera le plus envie à d'autres de nous rejoindre" renchérit une soprano.

 

Mais un choeur qui n'est pas tourné vers l'extérieur ne mérite pas son nom. "Je ne suis pas tellement « concert » et je préfère lorsque les chants parlent aux auditeurs. Je les vois se concentrer, plonger en eux mêmes et recevoir ces paroles dont le sens est décuplé par la musique. J'ai l'impression de vivre un vrai sentiment de fusion avec ces gens qui communient avec nous!» ajoute un ténor.

 

"En fait, nous nous voyons comme une locomotive aidant l'assemblée à approfondir son plaisir à chanter" indique René Vogel, le président du choeur. C'est lui qui a la haute main sur les archives, près de 400 chants interprétés au cours de ce siècle d'existence, avec des nouveautés à chaque saison. Avec un enthousiasme communicatif, il est au petit soin avec chacun. Actuellement les chants préférés des choristes sont "Le chant du potier", "Tu es Dieu" ou encore le "Psaume 23":

 

Marylène Maillard, jeune directrice débordante d'énergie et de franchise, se rappelle : " Au début j'étais très exigeante avec les choristes, appliquant ce que j'apprenais aux cours de direction. Maintenant, avant tout, je les aime... et tout se passe tellement mieux. Je pense qu'hors des milieux chrétiens, "chanter pour Dieu"; c'est ringard. Mais pour moi, test un approfondissement de la foi. Un texte chrétien est lu au début de chaque répétition. Cela nous aide à nous reconnecter avec nousmêmes, oriente nos pensées dans le sens des chants et nous ouvre à l'espérance. Cela nous aide à faire des petits pas de foi qui, ajoutés à ceux des autres, nous portent vers Dieu, ensemble."

 

Voilà un choeur qui vit, qui bouge, qui a des projets, comme les courses. Il est possible de s'y joindre en tout temps. Il suffit de pousser la porte pour être accueilli.

 

 

Frédéric Siegenthaler